Article 0

Si le site de la Büvetta-Tarasp m’a tant touchée, c’est parce qu’il raconte l’histoire de notre monde actuel sur un périmètre d’une centaine de mètres. Il y a le monde « à l’endroit » et le monde « à l’envers ». Deux mondes qui se déploient en parallèle et il faut avoir un grand sens du discernement pour identifier le vrai du faux. Je m’explique :

 

 

 

Il y a la Büvetta au bord de la rivière, un majestueux bâtiment en ruines, qui porte en son sein, trois sources vivantes, Bonifacius, Lucius et Emerita. A l’extérieur, tout est décrépi mais à l’intérieur, la vie jaillit en permanence. Les visiteurs n’y ont plus accès car l’édifice menace de s’effondrer. L’abondance est là, mais nous nous sommes coupés d’elle, car nous nous sommes détournés de notre origine universelle. Les sources ont été fermées car les curistes se sont tournés vers les médicaments proposés par l’industrie pharmaceutique. En sous-traitant nos existences au système actuel qui régit les hommes ici-bas, aux marchés financiers, aux banques, à Big Pharma et aux gouvernements, nous nous détournons de notre souveraineté spirituelle dans un partenariat respectueux et équitable avec notre Terre.

 

 

 

 

Le Palace-Hôtel vide, à côté de la Büvetta, comme cette chaise au premier plan…

À quelques pas de la  Büvetta, de l’autre côté d’une petite passerelle, il y a un hôtel-palace, vide. À l’extérieur, il est flamboyant, mais dedans, la vie l’a déserté. Contrairement à la Büvetta, il brille dehors mais il est mort dedans. L’établissement est fermé depuis des années mais passe de mains en mains pour « blanchir de l’argent », dit-on. Ce serait un secret de polichinelle dans la région.

Voilà donc ces deux univers qui se côtoient, celui de la Lumière et celui de l’Éclairage. Le premier œuvre dans la matière par la descente de la lumière réelle à travers l’homme conscient. Il place l’écoute de l’âme à la barre de notre existence. Le second tourne en rond dans la matière, coupé de ses origines multidimensionnelles et asservit l’âme au service de la personnalité. Le monde de la vraie lumière rassemble les individus qui composent avec les lois de la création pour tisser leur existence. Qu’ils soient riches ou pauvres, c’est sans importance. Ils sont vrais et écoutent le Ciel pour arroser la Terre.

À l’inverse, le monde de l’Éclairage réunit des êtres qui prennent toutes leurs décisions à partir de leur égo et de la croyance en la séparation avec la grande intelligence de vie. Ils ont une vision réduite de la création qui se limitent aux contours de leur petit moi et de la planète. S’ils sont riches, ils sont des prédateurs. S’ils sont pauvres, ils se placent alors en victimes soumises et impuissantes.

Chaque être humain a le choix entre ces deux directions : vers la « Büvetta » ou vers le « Palace ». Entre l’amour,  l’authenticité,  la reliance à la nature et à la conscience cosmique, à la simplicité, peut-être même à l’enrichissement personnel  et en même temps pour la collectivité humaine, à l’intégrité, à l’enthousiasme.  C’est le chemin de la Lumière. L’autre direction, le « Palace », nous conduit vers tout ce qui brille, la carrière, le prestige, la compétitivité,  l’enrichissement personnel au dépends des autres, au prix même de l’infidélité à nos valeurs et à notre éthique, aux lois de la création, par la manipulation. C’est un chemin qui peut même conduire à la corruption, au mensonge et aux abus des hommes et de la nature.

La petite Büvetta nous enseigne à vivre chacun « en vérité ». Ses trois sources nous rappellent que nous sommes le modèle original de l’Humanité, avec notre compassion, tandis que l’univers du « Palace »  avec son blanchiment d’argent, représente le monde de la copie et de la contrefaçon. Un autre exemple pour illustrer mon propos, ce sont ces antennes 5G que l’on commence à placer dans le clocher des églises. On remplace notre connexion à la conscience universelle par l’intelligence artificielle et le transhumanisme. Quel humain voulons-nous? Le vrai ou la copie?

Jusqu’à l’arrivée du Coronavirus, les hommes de l’Éclairage, avec les projecteurs et le star-système, nous gouvernaient. Or, je crois bien que grâce à cet épisode historique autour du Covid, les sympathisants de la vraie lumière, se réveillent massivement et passent à l’action comme jamais! Nous assistons peu à peu à un basculement des valeurs et une envie de remonter à la Source. Le « Palace » nous impose les masques par la peur et le mensonge. La « Büvetta » les fait tomber par la confiance et le besoin d’être vrais, en contact avec l’Intelligence de vie reliée au cosmos.

Voilà la réflexion que m’ont inspirée les trois sources de la Büvetta de Scuol-Tarasp, Emerita, Bonifacius et Lucius. Elles m’ont montré combien nous passons notre vie à faire ces aller-retours entre le monde artificiel et le monde réel. Entre notre intégrité et nos mensonges, entre la peur et l’amour. Entre l’esprit et la matière. C’est au carrefour de l’un et de l’autre que nous pouvons plonger nos lèvres et boire à la fontaine de la vie éternelle.

 

EnglishFrançais
%d blogueurs aiment cette page :