Article 0

Ma traversée du Danemark, de la Norvège et de la Suède m’a appris une autre expression de la joie. Celle de la douceur et du rayonnement intérieur. Bien sûr, je ne peux pas en tirer une généralité car le souffrance existe ici comme partout ailleurs. Cependant, j’y ai côtoyé des peuples plutôt heureux. Je n’ai pas rencontré un « joyeux » qui sortait du lot mais une foule de joyeux, calmes et sereins. Je vous écris ces mots depuis le ferry qui me conduit de Stockholm à Turku en Finlande. Défilent sous mes yeux une myriade de petits fjords posés sur la mer comme des pop-corns sur un grand tapis bleu. Mon navire avance paisiblement comme la vie de ces milliers de blonds aux joues fraîches, avec leurs bucoliques maisonnettes en bois rouge et aux encadrements de fenêtres blancs; comme les rameurs flirtant avec les grands navires ou les colonies de cormorans noirs perchés sur les arbres morts et blancs comme la craie.

Oui, les pays scandinaves font rêver. Au-delà des chiffres, c’est une façon de vivre qui est plébiscitée, un modèle social bâti sur une grande tolérance et une redistribution des richesses prédominante. Cependant, de plus en plus de voix s’élèvent pour appeler à un changement de cap, dénonçant un système usé par les excès qui faisaient hier sa force : l’égalité et la solidarité. J’ai lu quelque part que le modèle nordique repose sur trois fondamentaux : « l’égalité, la confiance et la collaboration ». En Scandinavie, les dépenses de l’Etat représentent 56% du PIB en moyenne, contre 47% pour la Belgique et l’Allemagne et seulement 32% aux Etats-Unis. Ces fortes redistributions permettent par ricochet de créer un climat de confiance en ôtant les peurs, comme celle du chômage, de la pauvreté ou de fonder une famille. Enfin, la collaboration se traduit dans la sphère politique, avec une tradition du consensus qui permet de gouverner de façon collégiale. Les nordiques ont un grand sens de l’accueil des étrangers, au point, peut-être, de se laisser dépasser. Et l’immigration croissante renforce aujourd’hui un sentiment d’insécurité avec la montée des extrêmes qui lui est liée. Mais Joy for the Planet n’est pas un espace pour les débats politiques. C’est une lucarne neutre, ouverte sur la beauté et la bonté sous toutes ses formes, au-delà des conflits d’intérêts et des idéologies.

Pour l’instant, sur cette partie de la carte du monde, je ne pense pas avoir eu besoin d’y apporter une joie particulière car je l’ai rencontrée un peu partout. Alors j’ai juste appris à  rayonner de ma paix, comme eux. A être simplement présente sur le terrain de la douceur et de la gratitude. N’il y-a-t-il pas, au fond, de plus grande joie que celle de vivre la paix en soi? J’ai bu à la fontaine de leur lumière, qu’elle viennent du dedans ou du dehors. Car la lumière ici est si intense et éclatante qu’elle nous révèle et nous renouvèle dans notre propre lever de jour. Voyager dans ces espaces où la nature est un royaume et où l’humain se fait discret, dans le respect de son environnement, est un enseignement et une richesse exemplaire. Et la douce énergie des pays nordiques m’a inspiré ce modeste poème…

 

La Scandinavie m’enseigne un nouveau chemin de joie
Ici, moins elle se voit et s’exhibe, plus elle agit et croit,
A travers ses campagnes et ses horizons lointains
je sens qu’un autre rythme, une autre danse survient.
Dans sa majesté, c’est la nature qui parle pour les gens,
je tends mes oreilles aux feuilles des bouleaux ombrageant
et mes mains vers la coupe de cette lumière irradiante
à laquelle je m’abreuve comme à une fontaine purifiante.
Les signes extérieurs de joie sont à lire dans l’infiniment petit,
dans un timide sourire, l’infiniment grand s’accomplit aussi.
J’apprends à ressentir et à recevoir ici plus qu’ailleurs
à savourer le subtil avec mon coeur comme agrandisseur.
Ici, la joie ne vient pas vers vous en fanfare
mais par la douceur d’une vie sans artifice ni fard.
Merci à ces pays nordiques pour leur sérénité et leur lumière
qui m’ont libérée d’obsolètes croyances et fallacieuses barrières.

Et maintenant, me voilà en route pour la Finlande!

EnglishFrançais
%d blogueurs aiment cette page :