Article 0

Qu’est-ce que la joie? D’où vient-elle? Comment la vivre et la cultiver? Cet état profond et plus ou moins continu n’est à ne pas confondre avec les plaisirs passagers de l’existence. La joie prend sa source à l’intérieur, au fond d’un puit mystérieux que nous cherchons parfois toute une vie. Les plaisirs quant à eux, s’activent de l’extérieur, par un divertissement,  un baiser, une nouvelle voiture, la visite d’un ami. La somme de tous ces petits plaisirs créé le bonheur. Etre heureux, c’est enchaîner à long terme les plaisirs passagers de notre quotidien. Mais quand un drame, une rupture dans le fil tenu de ce bonheur survient, nous devenons malheureux et tout est recommencer. Bonheur et plaisir viennent du dehors. La joie vient du dedans.
Etre en joie, c’est côtoyer ce qui nous plait comme ce qui nous déplaît dans une équanimité totale. C’est prendre de la distance, rester confiant et patient quand tout va mal; c’est savoir remercier quand tout va bien. La joie est un peu l’étoile du Berger. Elle nous indique la direction à prendre pour incarner notre vie au plus près de nos valeurs et de nos rêves. Quand nous nous sentons en joie, c’est que nous chaussons à la perfection, ici-bas, la paire de petits souliers que le Grand Cordonnier nous a confectionné au Ciel.

La joie, patrimoine mondial de l’Humanité

La joie est la véritable boussole de nos destinées. Quand on l’a (re)trouvée, elle ne nous quitte plus car elle notre état originel et naturel; elle est notre droit de naissance. Tout comme notre patrimoine culturel mondial est protégé par l’UNESCO, nous devrions aussi protéger ce patrimoine intérieur commun à tous les humains qu’est la JOIE. En aidant les enfants à la cultiver dans les écoles, les adultes à la retrouver, dans leurs détours, leurs errances et leurs questionnements.

Dissoudre la personnalité

La joie est un sentiment d’unité et de communion intime avec tout ce qui existe. Elle nous permet de nous voir « les uns dans les autres » comme le disait si bien Christiane Singer. Elle émerge quand on s’abandonne sans conditions au flux de l’intelligence universelle. Elle survient quand on accepte tout ce qui nous bouscule dans une confiance infaillible. Cette joie-là est possible quand on a donné à notre âme le gouvernail de notre personnalité. Quand l’universel prend les commandes sur le personnel. La joie éclate quand tout devient beau même dans la laideur, d’un lieu, d’un corps, d’un comportement, d’un événement. Elle est le contraire de la naïveté. Etre naïf, c’est croire bêtement. Etre joyeux, c’est avoir fait l’expérience du dépassement. C’est avoir foulé la frontière du visible et du tangible pour percevoir une autre réalité. Percevoir…. « Percez et vous verrez » disent joliment les alchimistes depuis toujours. Percer la bulle des croyances, des conditionnements, des peurs et des habitudes.

Embrasser le monde 

Etre en joie, c’est embrasser notre existence, qu’elle nous pique ou qu’elle nous caresse. C’est croquer la pomme, qu’elle soit âcre ou sucrée.
Etre en joie, C’EST.

EnglishFrançais
Copied!
%d blogueurs aiment cette page :