Article 0

J’aimerais partager mon exaltation d’une part devant cette magistrale éclosion de consciences planétaire grâce au Covid-19 et d’autre part vous dire aussi ma profonde et sincère empathie envers ceux que la maladie et la peur terrifient. J’aimerais également remercier tous ceux qui se mobilisent sur le terrain pour gérer la crise immédiate sur le plan pratique, même si je me questionne sur cette « dramaturgie collective hallucinée » dont parle l’un des meilleures infectiologue au monde, le Professeur Didier Raoult qui se bat pour la vérité. Je me sens comme ce lieu géographique précis où deux fleuves se rencontrent, chacun charriant les couleurs et les sédiments de son histoire propre avant de se mélanger complètement pour se jeter dans l’océan. Je me sens triste et joyeuse en même temps, confuse par tant d’informations et de désinformations. Et j’espère, comme ces fleuves, fondre un jour dans la grande mer universelle…

Au-delà des épreuves à traverser, j’aimerais vous offrir cette petite  parenthèse d’espoir. « Aujourd’hui, le terrain s’ouvre à tout ce qui a été longuement ensemencé  » m’a dit Sandrine Pillon, amie et bienfaitrice de Joy for the Planet.

Pourquoi j’exulte? Parce que, au-delà de ce qui se joue en coulisses, nous sommes témoins de la plus extraordinaire récolte de coeurs humains en éclosion! Je m’y plonge avec frénésie et gratitude comme lorsque dans mon enfance, je me jetais dans les grands tas de feuilles d’automne pour en respirer le parfum de terre et d’humus…

Personne n’ignore désormais toutes les initiatives inouïes qui foisonnent en ce moment pour se dépasser, transmuter la peur et les frustrations engendrées par le confinement planétaire, fusse-t-il le fruit d’une manipulation ou non.  Ce qui compte, c’est de reprendre notre pouvoir.  Non pas SUR les ressources de notre planète et SUR ses habitants mais EN co-création avec la Terre et ses règnes vivants. Il apparaît avec clarté que toute tactique d’écrasement ne pourra rien contre le déploiement spirituel magistral auquel nous assistons.

Regardons ce qui émerge et ce qui fleurit avant de comptabiliser les décès. Les dauphins reviennent dans le port de Venise, les ciels ne sont plus voilés ou balafrés par les traînées des avions et les familles se redécouvrent. Je vois des millions d’hommes et de femmes qui jouent avec ces restrictions, partageant des milliers de clins d’oeil humoristiques, au lieu de se placer en victimes. Je vois que plus le périmètre physique extérieur des citoyens rétrécit, plus leur créativité explose et leur générosité aussi! Nous ne comptons plus les formations en ligne gratuites, l’apprentissage bénévole de langues, musique, astronomie, cuisine, méditation ou les chants sur les balcon, visites de musées virtuelles, les concerts de célébrités offerts depuis leur salon et même des cursus universitaires extraordinaires comme  la classe la plus populaire de Yale (Université aux USA) dont le cours sur le bonheur nous apprend à être plus heureux dans notre quotidien! Bref, le message de Joy for the Planet est entré à l’université! 😉 Apprenons à rire avant d’apprendre à compter! Nous commençons à entrevoir la possibilité d’apprendre à l’école à être heureux avant de faire de nous de bons petits consommateurs! Merci Coeur-on-a-virus! 

Grâce à ce bouillonnement d’idées solidaires, nous autres humains restons des esprits libres et aucune porte de prison n’aura raison de notre envol vers le meilleur de nous-mêmes.

Les médias comptent les morts mais ne parlent pas des milliers d’enfants dans le monde qui respirent mieux grâce à la baisse spectaculaire des niveaux de pollution, attestée par les images satellite. Un chercheur de l’université Stanford, en Californie, Marshall Burke, estime notamment que l’amélioration de la qualité de l’air en Chine a sauvé la vie de 4.000 enfants de moins de cinq ans et de 73.000 personnes âgées. « La réduction de la pollution en Chine a probablement sauvé vingt fois plus de vies que celles qui ont été perdues en raison du virus », écrit-il sur le site web G-Feed, un groupe de travail sur la société et l’environnement.

Cher lecteurs, ne gâchons par cet événement unique dans l’Histoire de l’humanité en nous laissant happer par les événements anxiogènes extérieurs, par un pilonnage d’informations contradictoires et par des fake news. Empathie, compassion, engagement sur le terrain, certes mais restons dans la posture sage de l’observateur, du détachement, de celui qui sait que rien n’est séparé, que rien ne disparaît mais que tout se transforme.

Rester dans sa joie, renforce notre système immunitaire, tout le monde le sait aujourd’hui. Donc cultiver bon sens, amour et confiance sera notre meilleure bouclier! Ensuite, en restant dans le calme, en restant dans une confiance absolue en cette intelligence de vie, nous pouvons faire de la place en soi pour visualiser cette nouvelle Humanité en formation et co-créer l’avenir que nous souhaitons. Se projeter dans un futur harmonieux n’est ni du déni, ni de la légèreté irresponsable. Au contraire! Le sourire et le rire de chacun aujourd’hui peut être un brancard pour quelqu’un qui en a besoin. Souvenez-vous du témoignage de feu le Nominé de la Joie, Charles-Edouard Oksenhendler que des rires d’enfant avaient sorti d’une profonde dépression… 

Il me semble important de profiter de la puissante énergie actuelle pour tirer le bilan de nos choix, assumer nos actes, faire face à nos responsabilités respectives et collectives, revoir nos priorités et nous libérer de tous nos encombrements. Ce grande nettoyage nécessitera probablement encore d’autres secousses mais quel accouchement ne se fait pas sans douleur? Oeuvrer, au niveau de l’esprit, à une transformation salutaire du monde, par la joie, la méditation, l’intériorité, l’humour ou la créativité nous confère, me semble-t-il, la plus puissante baguette magique. C’est au niveau de nos consciences que se jardine le monde de demain.

L’époque que nous traversons me fait penser plus que jamais au fabuleux conte de notre enfance « La belle au bois dormant » de Charles Perrault. J’ai l’impression que, après un long, très long sommeil, toute l’Humanité se réveillera peut-être par le baiser de l’Amour. 

Isabelle Alexandrine Bourgeois
Votre joie est ma destination

EnglishFrançais
%d blogueurs aiment cette page :