Article 0

A l’occasion de la parution le samedi 3 février de l’édition italienne du formidable livre qu’est «Le théâtre du Vécu»… , et dans le cadre de mon périple à travers toute l’Europe pour saluer des actions porteuses de joie et de lumière, j’ai décidé de passer par la Sardaigne et Cagliari pour saluer l’engagement du Professeur Jean-Philippe Assal et du Dr. Luciano Carboni en faveur de l’accompagnement thérapeutique des malades, en Suisse, en Italie et ailleurs en Europe et dans le monde.

Grâce au Théâtre du Vécu, le Prof. Jean-Philippe Assal (fondateur) et le Dr. Luciano Carboni (qui a développé cet outil thérapeutique en Italie) ont permis à des milliers de patients de cohabiter plus légèrement avec leur maladie et à voir en elle peut-être même une alliée dans le développement de leur existence et de leur bonheur fragile.

Depuis 15 ans et dans une dizaine de pays, le Théâtre du Vécu a permis de révéler le vécu silencieux, lourd, pénible, et générateur d’impuissance de tant de personnes diverses : malades chroniques, soignants, humanitaires, mais aussi éducateurs et formateurs. En rendant possible le dépassement de cette souffrance par l’expression artistique théâtrale, il les aide à mieux assumer leurs difficultés, à sortir de leur solitude, à retrouver une capacité d’agir. En résumé, le théâtre du Vécu est un processus créatif capable de donner forme et corps à une expérience passée difficile qui a pu être refoulée en utilisant les moyens du théâtre qui peuvent aider les malades à représenter leur souffrance et à sortir d’une solitude souvent douloureuse dans laquelle la maladie les enferme.

Remettre de la vie et de l’humanité dans l’encadrement thérapeutique des malades

Puisque le principe de Joy for the Planet est de diffuser et de partager la joie à travers des articles et des reportages vidéo mais aussi d’offrir en chemin des lampes solaires réalisée par des enfants ou des adultes désireux de relayer cette lumière et cette joie, valeur universelle à tous les humains, l’occasion était toute trouvée de saluer l’engagement de ces deux hommes.  Le Professeur Assal a reçu la lampe de Shayna (une jeune participante à un atelier de lampes solaires aux Ateliers de La Côte à Etoy) et le Dr. Carboni a reçu celle de Gilles (un autre petit garçon).

Suite à cette petite cérémonie, dans l’esprit de nos projets respectifs qui partagent ces valeurs d’humanité et de transmission de joie et de lumière, j’ai profité de ma présence à Cagliari pour animer deux ateliers de création de lampes solaires à 24 participants aux Théâtre du Vécu, médecins ou malades chroniques qui, à leur tour, transmettront de l’espoir à d’autres destinataires rencontrés plus tard sur ma route.

EnglishFrançais
Copied!
%d blogueurs aiment cette page :