Article 0

Je connais Roland Muller depuis des années… Roland est un exemple. Il a transformé sa retraite d’ancien PDG dans un chemin de service et d’éveil. Aux côtés de sa femme Catherine, il ont développé le domaine de « La Clé de Sol », un espace ouvert au grandissement de la conscience, un lieu d’accueil pour des stages, des formations orientées vers la connaissance et la transformation de soi.

J’ai été témoin, depuis des années, de l’engagement de Roland Muller comme spécialiste en géo-biologie sacrée, oeuvrant à l’harmonisation des lieux et des êtres. Mais voilà un certain temps qu’il avait levé le pied, de part son grand âge (85 ans), prêt à renoncer à enseigner, à baisser les bras alors qu’il n’a rien perdu de son pétillement et de sa grande fraîcheur d’esprit… Mais notre rencontre a peut-être transformé quelque chose…

Au cours de notre discussion, nous nous sommes rejoints sur notre vision de l’évolution de l’être.  Concernant  la joie, nous pensons qu’elle est un outil majeur pour nous transformer. Cultiver la joie, c’est ne plus ressasser en boucle le passé, revenir sur nos blessures d’enfant et décortiquer à l’infini ce qui nous a déplu ou ce qui nous a fait mal. Ceci nous ramène dans des énergies lourdes dont le corps n’a plus besoin. Cultiver sa joie se joue uniquement dans l’instant présent pour transformer instantanément ce qui nous contrarie ici et maintenant en une énergie et une émotion fluide. C’est accepter sur le champ ce qui est car nous ne pouvons plus rien y changer. Or nous pouvons changer ce qui adviendra, grâce à ce que nous faisons de la situation présente. Avec ce qui est, quel choix faisons-nous? Celui de la confiance ou celui de la peur? Voilà notre réel libre-arbitre. C’est ce que l’on nomme l’Alchimie. Ajouter avec amour et acceptation les ingrédients de la compassion pour soi et pour les autres dans le creuset de création de notre avenir.

Marie Mellioret m’a rejoint quelques jours dans l’aventure pour partager, elle aussi, son immense et intarissable joie de vivre!

 

%d blogueurs aiment cette page :